On peut dépasser ses complexes !

Portrait de Chantal Calatayud

Nous avons toutes et tous quelques complexes qui cherchent à nous pourrir la vie ! Et ce, quel que soit notre âge car, même lorsque notre adolescence est loin, loin, loin, un certain mal-être peut planer et surgir à la moindre occasion...

Sans rentrer dans une théorie psychanalytique rébarbative et pour simplifier, un complexe est un désaccord interne et refoulé entre ce que nous avons envie d'être et un interdit qui nous en empêche ! Cet interdit repose sur une morale filiale bien sédimentée par des jugements collectifs. Ainsi la crainte du fameux regard des autres veille-t-elle à ne pas nous faire dépasser les limites. Mais ces limites sont subjectives et endogamiques.

Le film remarquable " La vie est un long fleuve tranquille " donne à constater que si la famille Le Quesnoy a ses principes psychorigides, la famille Groseille a aussi les siens, ne serait-ce que sa proximité avec ses enfants ! Tout est donc question de point de vue et d'héritage de " valeurs " que chacun reproduit avec le modèle de ses aïeux dont il est porteur et qui lui " colle " à la peau pour toujours...

Si C., avocate, est obnubilée par son tour de taille (grands-parents maternels décédés en déportation), A., qui gagne énormément d'argent avec son entreprise de menuiserie, souffre de son absence de diplôme universitaire (père médecin)... Pourtant, ils ont tous deux " réussi "... Ce qu'ils ne ressentent ni l'un ni l'autre. Leurs complexes respectifs les empêchent de savourer les avantages de leur situation, fixés qu'ils sont à ce qui, selon eux, ne " colle " pas. Ce qu'il faut retenir de ces deux exemples ? C'est que l'être humain - s'il est la victime quasi consentante de la norme - est surtout prisonnier des diktats familiaux séculaires, tout aussi muets soient-ils...

Par voie de conséquence, pour abandonner ses idées obsédantes et injustifiées, il faut donc quitter libidinalement sa famille ! Indépendamment de Freud, c'était du reste le conseil de Jean Cocteau qui disait avec bienveillance et pertinence : " Ce que les autres te reprochent, cultive-le, c'est toi "...

Vis-à-vis de notre environnement familial, voire professionnel (qui est constitué curieusement des mêmes profils psychologiques mais ça, ce serait un autre histoire qui mériterait d'être développée), nous savons pertinemment ce qui déplaît à nos proches. Or, dépasser nos complexes passe justement par le maintien de nos propres singularités qui les agacent ou les offusquent. Il est bien évident que je parle de comportements acceptables dans le sens où ils ne nuisent pas à autrui car en quoi le tour de taille de C. et l'absence de diplôme universitaire de A. peuvent gêner qui que ce soit ?

Dépasser nos complexes consiste tout simplement à vouloir refuser les répétitions transgénérationnelles et leurs cortèges sclérosants dans la mesure où notre unicité fait notre personnalité. Une grande victoire sur soi !

Catégorie : 

Commentaires

Portrait de Mireille-cogolin

Moi qui manque énormément confiance en moi, j'ai été ravie de découvrir votre blog sur la possibilité de dépasser ses complexes. Beaucoup de choses m'ont parlé mais de lire que notre unicité est notre personnalité, je ne sais pas pourquoi, ça m'a fortifié.
Je tenais à vous le dire Chantal Calatayud car ma nourriture pour tenir le coup en cette grande période de dépression que je re-traverse, ce sont les lectures psychologiques et spirituelles mais je suis sûre que toutes ces transmissions aident et sauvent des millions de gens dans le monde qui touchent le fond comme moi...

Portrait de Jean

Je suis 100 % d'accord avec vous, Mireille. Lorsqu'on touche le fond, c'est comme si la chance nous était donnée de rencontrer enfin cette unicité de notre être. Non pas qu'il faille obligatoirement passer par cette extrèmité mais il s'agit d'une rencontre authentique  avec soi, dénuée de tout étayage. La dépression est de cet ordre. Mais comme par magie, notre faiblesse devient alors une force. Tout simplement parce que cette vacuité peut laisser enfin s'infiltrer en nous des paroles, des transmissions qui parlent de l'essentiel. La pulsion de vie s'éveille au moment où la nuit est la plus noire car il ne peut en être autrement... Amitiés Mireille et merci également à Chantal Calatayud qui oeuvre avec persévérance avec d'autres sur ces blogs et forums pour que l'obscurité reconnaisse la lumière... Bonne journée à vous Smile

Portrait de Serge

Tous les êtres humains fonctionnent de la même façon et souffrent de leurs complexes. Quand on décide de les chasser, c'est un pas de géant que l'on fait. Mais pour moi, les choses ont commencé à s'améliorer quand j'ai vraiment réalisé que personne n'est parfait, même les êtres que l'on a idéalisés. J'ai par exemple pris une grande claque quand j'ai appris les comportements déviants de DSK. C'était un homme que j'admirais jusqu'ici... Je pensais d'ailleurs qu'il était le seul à pouvoir redresser la France... Regarder alentour permet de relativiser sur ses propres limites, qui ne sont donc pas pire que celles des autres et limites que nous avons toute notre vie pour les dépasser !

Portrait de cerise-du-26

Quand on lit que certains mannequins ont des complexes, c'est vrai qu'on relativise les siens parce que ça prouve que personne n'échappe à cette sorte de barbarie qu'on s'inflige. Personnellement, je vais mieux de ce côté là mais ce n'est pas encore ça. Ce qui me gêne le plus quand je doute de moi c'est que ça assombrit mon quotidien des jours entiers. Par exemple, je peux être une grande gaffeuse. Eh bien si j'ai gaffé, ça peut me persécuter au point de me réveiller la nuit et de ne pas pouvoir me rendormir... C'est quand même extrêmement pénible... J'en ai parlé à une copine psychologue qui m'a dit que tant que je voudrais arriver à ne plus avoir de complexes, plus je les renforcerai. J'ai bien entendu son raisonnement et j'essaie de banaliser mes complexes qui passent donc souvent par la honte. Je trouve l'exemple de DSK donné par Serge excellent... Quant à Anne Sinclair je ne sais pas comment elle a fait pour surmonter cette épreuve et affronter les caméras. Je sais qu'elle est multi milliardaire mais ça ne fait pas tout ! D'abord je n'ai pas vraiment d'argent mais avec le caractère que j'ai, je sais que milliardaire ou pas, ce n'est pas l'argent qui réglerait mes complexes. En même temps, quand je vois tout ce que se permettent les stars, il faut croire que le fric ça rend intelligent et subtil (LOL) !!! Bon, pour en revenir à ma petite personne, pour essayer de décomplexer, j'applique aussi ce que ma copine psycho m'a conseillé. Elle m'a dit que dès que la honte arrive, il faut impérativement que je me dise que de toute façon on ne peut pas plaire à tout le monde et qu'il y aura toujours quelqu'un pour me critiquer. Elle a ajouté que même les gens les plus altruistes essuient des critiques... Cette idée m'aide beaucoup depuis quelque temps. Alors si elle peut contribuer à vous aider à décomplexer vous aussi, j'en serai très heureuse...